Ambassade de Turquie à Paris

Annonce de l'Ambassade

Communique De Presse De L'ambassade De Turquie Concernant Une Nouvelle Initiative A L'assemblee Nationale Sur La "question Armenienne" , 12.12.2011

COMMUNIQUE DE PRESSE DE L’AMBASSADE DE TURQUIE

A PARIS

CONCERNANT  UNE NOUVELLE  INITIATIVE A L’ASSEMBLEE NATIONALE SUR  LA « QUESTION ARMENIENNE »

 

 

L’Ambassade de Turquie en France suit de près la tournure des évènements  concernant une proposition de loi « visant à réprimer la contestation de l’existence des génocides reconnus par la loi ». Il est clair que ladite proposition vise directement  la nation turque et la République de Turquie, ainsi que la communauté turque vivant en France.

Se souvenant d’une initiative similaire au Sénat, qui avait été rejetée par une écrasante majorité des sénateurs  grâce à l’adoption d’une motion d’irrecevabilité au mois de mai dernier, l’Ambassade  de Turquie  s’étonne  du fait qu’un texte semblable soit adopté à la Commission des lois de l’Assemblée nationale  cette fois-ci par les voix de la majorité présidentielle et s’interroge si ce changement d’attitude  est dû au calendrier politique français.
 


L’Ambassade de Turquie se souvient  également d’un rapport de cette même Assemblée nationale du 18 novembre 2008 qui prend son nom  de son Honorable Président, M.Accoyer, qui
en annonçant le rapport, avait souligné à juste titre que « la mission a travaillé pour l’avenir, en aboutissant à la conclusion que le rôle du Parlement n’est pas d’adopter des lois qualifiant ou portant une appréciation sur des faits historiques, a fortiori lorsque celles-ci s’accompagnent de sanctions pénales. » 

La République de Turquie a toujours défendu le fait que les parlements étaient des institutions politiques, qu’ils ne devaient par conséquent pas prendre de décisions sur des sujets historiques, que les périodes conflictuelles de l’histoire devraient être examinées par des historiens et a toujours  mis ses archives à la disposition de tous les chercheurs.

 

Cette Ambassade estime nécessaire de souligner que les évènements et développements de 1915 se discutent nettement plus  librement en Turquie qu’en France et les ouvrages défendant de nombreux points de vue concernant les événements de 1915  se vendent librement dans les librairies en Turquie, ce qui n’est toujours pas le cas en France.

L’Ambassade de Turquie a Paris, qui voudrait  consacrer ses efforts à l’approfondissement des relations séculaires entre la France et la Turquie, regrette d’être, de nouveau, contrainte à  attirer l’attention de l’opinion publique française ainsi que le Gouvernement français, aux conséquences nuisibles et irréparables que ce genre d’initiative risque de créer dans tous les domaines des relations bilatérales.

L’Ambassade espère  que  les autorités françaises  laisseront l’écriture de l’histoire aux historiens et éviteront  que les relations  turco-françaises deviennent encore une fois l’otage des considérations communautaristes.

 

                                                                                                                       Paris, 12 décembre 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Documents liés :

- Communiqué de l'Ambassade