Ambassade de Turquie à Paris

Communiqués de Presse du Ministère des Affaires étrangères de la Turquie

Communiqué De Presse Concernant La Déclaration Faite Par Le Ministère Des Affaires Étrangères De L'égypte, Le 2 Décembre 2014 , 02.12.2014

No: 370, 02 décembre 2014

La déclaration du Ministère des Affaires étrangères de l'Égypte le 2 décembre 2014, qui a présenté des allégations inacceptables au sujet de notre pays et le président de la Turquie, et qui a été sans aucun doute dictée par la direction de coup d'État militaire en raison de son incompatibilité avec les pratiques diplomatiques est nulle et non avenue pour la Turquie.

En fait, notre Ministère a annoncé dans son communiqué de presse du 30 septembre 2014 que nos appels sincères pour aborder les demandes légitimes du peuple égyptien pour la démocratie, l'égalité, la liberté et la prospérité vont continuer, à moins que des progrès tangibles sont atteints et que la Turquie n'hésitera pas à montrer de la  sensibilité envers des questions telles que mettre fin aux violations des droits humains en Égypte et le respect de la libre volonté du peuple frère d'Égypte.

Cependant, nous constatons que les autorités putschistes de l'Égypte n'ont pas la capacité de comprendre la substance de nos appels et suggestions, et au contraire, ils continuent à exprimer des allégations inacceptables contre la Turquie, en tant qu'une manifestation de la psychologie de la culpabilité provoquée par l'action illégale qui a été effectuée et un indicateur de son incapacité. En particulier, les accusations portées par une administration de coup d'État, visant le président de la Turquie, qui a toujours défendu la démocratie tant dans son pays et dans sa région et qui est venu au pouvoir par des élections démocratiques conformes aux normes internationales, ne peuvent ni être prise au sérieux, ni acceptable.

Le régime putschiste, qui - en raison de l'usage disproportionné de la force par les forces de sécurité - est responsable de la mort de nombreux manifestants en un seul jour, dans un passé récent, a condamné des centaines de personnes innocentes à la mort dans les procès sans fondement, a démontré sa résistance pour ne pas tenir compte des appels fondamentaux du peuple égyptien pour la responsabilité et la justice, en acquittant l'ancien président Moubarak et les autorités de la période de leurs responsabilités dans les martyres sur la place Tahrir et d'autres manifestations de la démocratie et légitimité en 2011, et - en dépit de ses soi-disant engagements - de sa peur de la démocratie, persiste à ne pas tenir les élections parlementaires, ne devrait pas supposer que ses pratiques illégales et même inhumaines sont ignorées ou non notées par la communauté internationale.

En tout cas, malgré toutes les indications contraires de la direction du coup d'État, conformément à sa position de principe, la Turquie, qui considère le peuple égyptien en tant que ses frères intemporels, continuera à exprimer ses appels à une transition rapide vers la démocratie en ligne avec la volonté du peuple en Égypte. En fait, les destinataires réels de ce message ne sont pas le leader du coup d'État ou de son administration mais le peuple frère de l'Égypte, qui a démontré sa volonté sur la place Tahrir, et la communauté internationale.