Ambassade de Turquie à Paris

Communiqués de Presse du Ministère des Affaires étrangères de la Turquie

Communiqué De Presse Concernant La Déclaration Commune Annoncée Par Le Parlement De L'autriche Sur Les Événements De 1915 , 27.04.2015

No: 126, 22 avril 2015

La déclaration sur les événements de 1915 signée et annoncée aujourd'hui par les présidents des groupes de partis politiques dans le Parlement de l'Autriche a suscité une grande indignation de notre part. Le Parlement de l’Autriche n’a ni le droit ni la compétence d'accuser la nation turque pour un crime d'une manière contraire à la loi et à la vérité historique. Il faut savoir que la Turquie et la nation turque n'oublieront pas cette calomnie prononcée contre leur histoire.

Il semble que l'Autriche, avec qui nous nous sommes battus dans les mêmes côtés pendant la Première Guerre mondiale, et qui devrait être dans la meilleure position pour reconnaître que la grande tragédie vécue ne peut pas être définie comme un «génocide», a également tombé dans le piège de manipulation de perception menée par certains milieux insistant pour ignorer les initiatives humanitaires et concrètes de la Turquie.

Alors que les souffrances de tous les groupes chrétiens ont été partagées dans la déclaration commune, le fait que les musulmans qui ont perdu leur vie au cours de cette période n'aient été aucunement mentionnés, constitue une indication douloureuse de la discrimination basée sur la  religion par des personnes qui parlaient de l'humanité. A quel point ce genre des discriminations est faux pour produire des solutions aux problèmes d'aujourd'hui est évident. Nous rejetons cette attitude partiale du Parlement de l'Autriche, n'ayant pas encore d'une place dans le monde d'aujourd'hui comme donner une leçon d'histoire. 

La mise en avant des événements pendant les années de la Première Guerre mondiale avec un point de vue unilatéral, et avec une perspective sélective et discriminante, la qualification comme «génocide» est le massacre du droit et la Turquie les rejette fermement. Il ne sera aucunement possible de faire accepter à  la Turquie d'un crime qu'elle n'a pas commis, par des pressions politiques.

Il est évident que cette déclaration publiée par le Parlement  de l'Autriche laissera des traces négatives permanentes sur l'amitié et les relations entre la Turquie et l'Autriche.

Nos vues sur cette question ont été transmises à l'Ambassadeur d'Autriche à Ankara, et il a été décidé de rappeler l'Ambassadeur de Turquie à Vienne, S.E.M. Hasan Göğüş, au centre pour des consultations.