Ambassade de Turquie à Paris

Communiqués de Presse du Ministère des Affaires étrangères de la Turquie

Communiqué De Presse Concernant La Déclaration Faite Le 18 Juin 2015 Par M. Charles Michel, Premier Ministre De La Belgique, À La Chambre Des Représentants De Belgique Sur Les Événements De 1915 , 20.06.2015

No: 180, 20 juin 2015

Le Premier ministre belge, M. Charles Michel, a déclaré le 18 juin 2015, en réponse à une question à la Chambre des représentants qu'il considérait que les événements de 1915 devaient être qualifiés de « génocide ».

Cette déclaration du Premier ministre belge est incompatible avec les faits historiques et constitue une violation du droit.

La tentative du Premier ministre belge de statuer, en dépassant toute limite, sur une question sur laquelle il n'y a jamais eu de décision judiciaire ou de consensus académique, alors qu'il reconnaît lui-même qu'aucune juridiction internationale compétente n’a jamais statué sur celle-ci, n’est ni acceptable ni justifiable en aucune façon.

Ces affirmations sont également en contradiction avec la position du gouvernement belge qui avait déclaré il y a quelque temps devant la Chambre des représentants que la notion de « génocide » ayant un caractère juridique ne devrait pas être utilisée à la légère. Un tel changement rapide des opinions accusant injustement la nation turque est en soi une indication claire de la façon dont la question a été politisée et détournée de tout fondement scientifique et juridique.

Nous observons avec inquiétude depuis un certain temps l'augmentation considérable du nombre d'activités et de déclarations accusant les Turcs sur l'identité et l'histoire turque en Belgique, un pays qui n'a pas encore affronté les pages sombres de sa propre histoire. C’est un fait qu’en Belgique les pratiques visant à obtenir des gains politiques par la « diffamation des Turcs », à laquelle participent des cadres politiques qui devraient faire preuve de responsabilité, ont des dimensions racistes, xénophobes et anti-islamiques.

Il est évident que cette situation constitue pour le moins une offense envers la communauté turque qui a apporté et continue à apporter une contribution significative dans les domaines économique, social et culturel à la Belgique et qu’elle n’aidera pas l'intégration de cette communauté.

Il est inévitable que cette attitude qui dérange également la communauté turque de Belgique, donne lieu à des conséquences négatives dans nos relations bilatérales avec la Belgique, avec laquelle nous avons des relations d'amitié et d'alliance.