Ambassade de Turquie à Paris

Communiqués de Presse du Ministère des Affaires étrangères de la Turquie

Communiqué De Presse Concernant Les Allégations Selon Lesquelles La Turquie Aurait Renvoyé De Force Certains Syriens Dans Leur Pays , 03.04.2016

No : 83, 3 avril 2016

On observe ces derniers jours que certains organes de presse ont rapportés des allégations publiées par l’Amnesty International, selon lesquelles la Turquie aurait renvoyé de force certains Syriens dans leur pays. Les allégations en question, également exprimées dans diverses chaînes de télévision par le porte-parole de l'organisation précitée, ne reflètent la vérité en aucun cas.

La Turquie, depuis plus de cinq ans, met en œuvre la «politique de la porte ouverte» pour les Syriens qui ont fui l'environnement de guerre dans leur pays et respecte méticuleusement le principe de «non-refoulement» dans le cadre de ses obligations internationales. Il n’y a aucun changement dans cette approche.

En conséquence de cette politique, notre pays accueille plus de 2,7 millions de Syriens aujourd'hui. 270 mille Syriens, hébergés par la Turquie dans 26 centres de protection temporaire dans 10 provinces, bénéficient des services alimentaires, médicaux et éducatifs et se voient offrir des possibilités de soutien psychologique, de formation professionnelle et d’activités sociales. En outre, les Syriens vivant en dehors des centres de protection ont un statut de protection temporaire et profitent gratuitement des soins de santé et des services sociaux.

Toutes les mesures nécessaires pour améliorer les conditions de vie des Syriens sont prises. Dans ce contexte, des permis de travail sont octroyés aux Syriens à compter du 15 janvier 2016.

La Turquie est le pays accueillant le plus grand nombre de réfugiés dans le monde. Ceci montre clairement que le principe de non-refoulement est méticuleusement respecté par la Turquie. Il est hors de question que les Syriens soient encouragés à retourner volontairement ou renvoyés de force dans leur pays.

La Turquie est liée par ses obligations découlant du droit international et est déterminée à continuer d’assurer la protection des Syriens qui ont fui la violence et l’instabilité dans leur pays.

Alors que la Turquie emploie tous les moyens à sa disposition pour les Syriens, nous regrettons que certains pays qui ont fermé leurs frontières avec des fils barbelés afin d’empêcher les migrants de les franchir, partagent intensivement ces nouvelles avec leur public.