Ambassade de Turquie à Paris

Communiqués de Presse du Ministère des Affaires étrangères de la Turquie

Communiqué De Presse Concernant Les Déclarations Du Pape François Et La Déclaration Conjointe Signée Lors De Sa Visite En Arménie Du 24 Au 26 Juin 2016 , 27.06.2016

No: 145, le 27 juin 2016

En marge de sa visite en Arménie du 24 au 26 juin 2016, le Pape François a visité le mémorial du soi-disant génocide et fait des déclarations malencontreuses concernant les événements de 1915. Le Pape François a également signé conjointement avec l’Église apostolique arménienne une déclaration commune qui fait des références inacceptables concernant les événements de 1915 et fait allusion à des déclarations avérées être fictives et diffamatoires à son retour. De tels actes ont révélé une nouvelle fois son engagement inconditionnel au récit arménien sur les événements de 1915 qui est incompatible avec les faits et le droit historique.

En effet, les déclarations prononcées avant la visite, ainsi que les préparatifs de la visite avaient déjà établi le fait que cette visite serait exploitée. Le Pape François, a malheureusement déçu la Turquie et le peuple turc comme cela avait été le cas l’année dernière. Ainsi, une discrimination fondée sur la religion a de nouveau été faite entre les souffrances et les pertes durant la Première Guerre mondiale.

La partialité du Pape François vis-à-vis des événements historiques, ainsi que son aliénation de l’autre, ne correspondent ni à ses efforts en faveur de l’instauration de la paix et de l’amitié entre les différents groupes comme il souligne constamment, ni avec le communiqué de presse publié le 3 février 2016 par le Bureau de Presse du Saint-Siège concernant les événements de 1915 qui met en évidence notre proposition d’une Commission commune d’histoire et qui condamne le terrorisme en se référant à la mémoire de Taha Çarım, feu l’ambassadeur turc près le Saint-Siège qui a été martyrisé en 1977 par le terrorisme affilié à ASALA.

Ainsi, nous constatons malheureusement que la visite du Pape François en Arménie n’a apporté aucune contribution à la paix et la stabilité dans le Caucase du Sud, en particulier dans cette période critique qui a également été démontrée par les affrontements au long de la ligne de contact dans le Haut-Karabakh l’avril dernier et dans certaines zones de la frontière entre l’Azerbaïdjan et l'Arménie.

A cet effet, il est attendu de ceux qui occupent une position céleste comme le Pontificat de léguer l’amitié et la paix comme héritage, ainsi que d’adopter une attitude conciliante et respectueuse de la loi.