Ambassade de Turquie à Paris

Communiqués de Presse du Ministère des Affaires étrangères de la Turquie

Qr-10, Le 27 Février 2017, Déclaration Du Porte-parole Du Ministère Des Affaires Étrangères, L’ambassadeur Hüseyin Müftüoğlu, En Réponse À Une Question Concernant La Déclaration De Sebastian Kurz, Ministre Fédéral De L'europe, De L'intégration Et Des Affaires Étrangères De L'autriche , 27.02.2017

La déclaration du Ministre fédéral de l'Europe, de l'Intégration et des Affaires étrangères Sebastian Kurz, selon laquelle la campagne en Autriche du Président Erdoğan dans le cadre du processus menant au référendum qui aura lieu en Turquie le 16 avril 2017, est contraire aux principes universels de la démocratie à laquelle l'Autriche adhère. En outre, cette déclaration représente un autre exemple de son approche basée sur les préjugés et les doubles standards. Nous ne pouvons accepter ni cette déclaration irresponsable qui franchit la ligne ni la mentalité déformée derrière elle.

La participation des citoyens turcs qui vivent à l'étranger, dans les processus électoraux en Turquie est une condition nécessaire à la démocratie. Ce processus n'a rien à voir avec la politique intérieure de l'Autriche. Contrairement aux affirmations du Ministre des Affaires étrangères Kurz, ce qui est préjudiciable aux efforts d'intégration est cette approche discriminatoire et d'exclusion qui vise à nier les droits démocratiques des citoyens turcs. De surcroît, le fait que ces déclarations de jugements erronés proviennent d'un ministre qui est également responsable de l'intégration est tout aussi regrettable et inquiétant.

Il est évident que le Ministre Kurz, dont la position raciste et islamophobe dépasse même les partis radicaux, s'efforce à nouveau de créer un ordre du jour, aux dépens de notre pays, pour ses ambitions politiques personnelles.

Néanmoins, en dépit de ces déclarations irresponsables, nous espérons que les valeurs universelles et le bon sens prédomineront dans la culture politique de l'Autriche. À cet égard, nous considérons la déclaration du Chancelier Christian Kern, qui reconnaît le droit de se réunir et de se manifester pacifiquement, comme une approche constructive.