Ambassade de Turquie à Paris

Communiqués de Presse du Ministère des Affaires étrangères de la Turquie

No: 73, Le 11 Mars 2017, Communiqué De Presse Concernant Nos Relations Avec Les Pays-bas , 11.03.2017

La visite de notre Ministre des Affaires étrangères M. Mevlüt Çavuşoğlu aujourd'hui (le 11 mars) aux Pays-Bas pour rencontrer la communauté turque qui y vit et nos représentants diplomatiques a été annulée en raison des diverses obstructions du gouvernement néerlandais.

Le Gouvernement néerlandais a, dès le début, adopté une approche incompatible avec la pratique et les usages diplomatiques et a déployé tous les moyens pour empêcher cette visite. Répondant à la demande des autorités néerlandaises, nous avions convenus de tenir cette réunion à la résidence de notre ambassade à La Haye au lieu de Rotterdam. Cependant, après notre refus de satisfaire à leur demande, inacceptable, exigeant de leur fournir la liste des participants devant assister à cette réunion dans une mission diplomatique, les autorités néerlandaises ont annulé, vers midi, l'autorisation de vol donnée à notre Ministre des Affaires étrangères.

La Turquie et les Pays-Bas sont deux pays amis et alliés qui ont des relations diplomatiques ininterrompues depuis 405 ans. Les deux pays n'ont jamais adopté l'un envers l’autre, une attitude hostile au cours de leurs relations sur plus de quatre siècles. La honte et la responsabilité de cet acte inacceptable et dangereux, dans nos relations diplomatiques profondément enracinées, appartiennent au gouvernement néerlandais. Nous condamnons cette mentalité hostile et préjudiciable.

Cette attitude des autorités néerlandaises qui, à chaque occasion, réitèrent leur attachement à la démocratie et aux libertés est un affront aux droits démocratiques et à l'honneur de la communauté turque aux Pays-Bas. Le gouvernement néerlandais, avec les obstructions qu'il a générées, a tenté de prendre en otage près d'un demi-million de nos citoyens et de nier leurs droits démocratiques les plus fondamentaux. L’interdiction d'une réunion pacifique, sous prétexte qu'elle perturberait l'ordre public, témoigne de l'incapacité et de la peur des autorités néerlandaises qui pourtant insistent toujours sur la manière dont elles intègrent la communauté turque aux Pays-Bas. Chacun devrait savoir que rien ne saurait briser le lien juridique, humain et fraternel entre nous et nos concitoyens.

Le gouvernement néerlandais a pris cette grave mesure en contradiction avec les mœurs démocratiques et diplomatiques pour des considérations de politique intérieure. Les déclarations faites à la suite de ces mesures répressives par le chef d'un parti politique islamophobe et xénophobe, raciste et populiste, montrent clairement ceux qui sont derrières ces décisions. La Turquie et la communauté turque aux Pays-Bas sont trop grandes et trop fortes pour être sacrifiées au nom des concessions du gouvernement néerlandais à un mouvement politique qui appelle à une réduction du nombre de certains groupes ethniques et religieux aux Pays-Bas et au bombardement des Mosquées. Cette situation constitue une menace particulière pour les peuples néerlandais et européens qui croient aux valeurs européennes et à la démocratie.

Pour protester contre cette décision du Gouvernement néerlandais, le Chargé d'Affaires de l'Ambassade des Pays-Bas à Ankara a été convoqué au Ministère des Affaires Etrangères. Nous l'avons informé que nous ne souhaitons pas que l'ambassadeur des Pays-Bas, actuellement en congé en dehors de la Turquie, retourne à son poste pendant un certain temps. Nos homologues néerlandais ont été informés que cette grave décision prise contre la Turquie et la communauté turque aux Pays-Bas aura de graves conséquences dans les domaines diplomatiques, politiques, économiques et ainsi que dans d’autres domaines concernant nos relations.

Nous déclarons solennellement au public que nous allons réagir comme nous le jugerons approprié sans nuire à notre longue amitié avec le peuple néerlandais.